Archives pour la catégorie Nouvelles

Expérience d’Aix

1

Joel Faye est un missionnaire Oblat de Marie Immaculée originaire de Sénégal, il termine actuellement ses études au scolasticat italien de Vermicino. Il a récemment passé une semaine avec la communauté d’Aix à se préparer pour son Oblation perpétuelle. Le dimanche 1er mars, il a fait son engagement définitif en prononçant ses Vœux Perpétuels à Rome ; il partage son expérience aixoise avec nous,

2

« Vivre ma préparation à l’oblation perpétuelle là où tout a commencé pour notre congrégation est une grâce exceptionnelle. C’était pour moi, l’invitation de notre Seigneur à aller à l’écart avec lui, accompagné de saint Eugène pour séjourner dans ce que je considère comme notre Bethléem. Les grâces de ce moment de nourriture spirituelle durent encore aujourd’hui et je prie pour que, comme Marie, j’arrive à méditer et garder cela au fond de mon cœur comme un trésor précieux qui s’enracine par la gratitude et la reconnaissance qui ont accompagné cette expérience. Ainsi elle sera la Bethléem (maison du pain) que je vais porter avec moi pour nourrir ma vie spirituelle et y trouver la force dans les moments difficiles.

C’est pour moi notre terre sainte, un de nos sanctuaires, un lieu propice à ma préparation à l’oblation perpétuelle, car non seulement je suis entré en contact avec le lieu physique de notre naissance comme congrégation, (des lieux qui ont constitué les étapes de la marche de saint Eugène de Mazenod vers son don total à Dieu, à l’Eglise et aux confrères) mais en plus j’ai aussi été en contact avec notre charisme oblat. Ce dernier a été un pèlerinage, un exode intérieur et physique, par exemple aller à Saint Laurent du Verdon était pour moi comme monter au mont Sinaï et me questionner sur le sens que je donne à notre règle de vie en rapport avec le vécu que j’en ai.

3

Barjols était le lieu et le moment de me réjouir de nouveau de mon choix de la vie missionnaire, de sa beauté vécue en communauté et de laisser remonter à la surface la flamme ardente de l’annonce de l’Evangile vers ceux qui sont les moins atteints. Le moment de prière avec la croix oblate à la cathédrale d’Aix était une interpellation à me convertir de manière permanente, méditant sur la conversion d’Eugène vécue en ce lieu un vendredi saint. La maison avec certains lieux particuliers facilitait mes dialogues avec Saint Eugène. Par exemple, sa chambre, là où il soutenait sa correspondance avec les oblats, assis dans son fauteuil, je lui ai adressé une lettre lui racontant ma vie, les sentiments qui m’animaient en lui demandant son paternel et affectueux soutien, son intercession. Cette expérience a imprimé en moi un fort sentiment de confiance en Dieu et un profond sentiment d’appartenance à notre famille religieuse, parce que je ne l’ai pas vécue individuellement mais avec des frères oblats de la communauté d’Aix et aussi avec d’autres, d’horizons divers que peut être je ne reverrai plus, mais dans la charité oblate, le testament d’Eugène nous faisait vivre la joie de la fraternité pour nous porter réciproquement dans la prière.

4

Je garde précieusement ce moment de grâce et de bénédiction de ma préparation au don total de moi-même pour le Règne de Dieu que j’ai vécu à Aix et je souhaite à tous ceux qui s’inspirent de Saint Eugène de pouvoir le rencontrer là car il nous attend : c’est une forte expérience de contact avec lui.

Joel Faye OMI

Mes bien chers enfants

Eugene

Mes bien chers enfants,

Homme du XIXème siècle, je veux, par cette lettre, vous rejoindre dans votre temps du XXIème où, en cette période de carême 2020, vous traversez une crise sanitaire planétaire. Avec mon expérience de vie, je voudrai vous partager ceci :

Comme jeune prêtre en 1814 à Aix-en-Provence, mon cœur saigne aujourd’hui avec vous devant tant de « pauvres aux multiples visages » angoissés, tant de jeunes isolés ou insouciants, tant de prisonniers révoltés. A ce sujet, n’oubliez pas que j’ai contracté le typhus auprès des prisonniers de guerre autrichiens et que je dois la guérison grâce à la prière incessante des jeunes devant la Statue de la Vierge.

Comme Supérieur Général d’une Congrégation missionnaire, mon cœur saigne aujourd’hui avec vous devant cette pandémie qui touche tous les continents : après l’Asie, maintenant l’Occident, et déjà l’Amérique Latine et l’Afrique. A ce jour, je vois que plus d’un tiers de l’humanité vit confinée à cause de ce virus.

Comme Évêque, mon cœur saigne aujourd’hui avec vous devant le désarroi du Peuple de Dieu qui ne peut se rassembler et célébrer. Toutefois, en 1848 – dans une toute autre circonstance certes -, rappelez-vous que j’avais dispensé les chrétiens de Marseille de la messe de Pâques pour leur permettre d’aller voter ! Vous ? Vous avez la chance d’avoir Internet ! Alors, y compris pour prier et célébrer, je vous le répète : « à besoins nouveaux, la Charité invente des moyens nouveaux » !

Letter 1

Letter 2

Comme Pasteur aussi, j’ai dû affronter l’épidémie de choléra de 1837 qui a ravagé notre chère ville de Marseille. Etant à la campagne au moment de l’arrivée du fléau, je suis aussitôt revenu à l’évêché pour vivre ces heures sombres avec les Marseillais. Je me souviens qu’un journal avait titré : « L’avenir est entre nos mains ». Certes, c’est vrai. Pour vous aujourd’hui, il est dans les mains des professionnels de santé si éprouvés, des chercheurs, des caissières, des policiers, des autorités… Mais, l’avenir est avant tout dans les mains de Dieu. Alors, à mon tour de vous dire : « n’ayez pas peur » ; et avec un autre message cher à mes fils Oblats : « Mais priez mes enfants, Dieu vous exaucera en peu de temps » ; notre Seigneur Jésus-Christ, plein de tendresse et de miséricorde, se laisse toucher. Il ne vous abandonnera pas.

Je partage, avec vous, la peine et le deuil de tous ceux qui ont déjà perdu un être cher, victime de ce fléau. Moi-même, j’ai été très durement éprouvé par la mort de mon plus fidèle serviteur à l’évêché, lors du choléra. Là encore, cette perte m’a fait saigner le cœur. A l’issue de l’épidémie, j’ai célébré un office solennel à la cathédrale pour toutes les victimes.

Encore un petit conseil : inventez les moyens pour prendre soin, prendre des nouvelles des familles frappées par cette terrible épidémie, des familles et personnes isolées, confinées. Il est important que personne ne soit oublié.

Enfin, rappelez-vous qu’au début de l’épidémie de 1837, mon premier geste a été de monter à Notre Dame de la Garde pour y célébrer la sainte Messe et pour demander à Notre Bonne Mère d’intercéder pour nous auprès de son divin Fils. Alors, mes chers enfants, aujourd’hui, tournez-vous aussi vers elle, avec la même confiance.

Charles Joseph Eugène +

Mercredi 25 mars 2020, en la fête de l’Annonciation

Bernard Dullier, omi

Category: Nouvelles

COMMUNIQUE DES MISSIONNAIRES OBLATS

c1

Nous traversons une période difficile à laquelle nous n’étions pas préparés. En ces temps d’épreuve, nous devons nous rappeler qu’au cours des siècles les chrétiens ont eu à cœur d’accueillir la demande du bon samaritain : « Prends soin de lui » (Lc 10, 35). Saint Eugène de Mazenod se proposa comme aumônier des prisonniers autrichiens et il y contracta le typhus. Lors des épidémies de choléra, les Oblats se sont dévoués, tout en respectant les règles de prudence…
Comme le dit très bien Mgr Michel AUPETIT : « Par souci des uns et des autres, il nous faut prendre des décisions de prévention élémentaire pour nos églises. Nous avons à transmettre la grâce divine, pas les virus qui ne viennent pas des dons de Dieu mais de la fragilité de la condition humaine ».
A la suite des annonces du Premier Ministre, la Conférence des évêques de France nous a appelés à prendre des mesures douloureuses :
Les messes et autres célébrations sont supprimées jusqu’à nouvel ordre.
Il en va de même pour les groupes de carême. La retraite du Triduum pascal est annulée.
La prière « domestique » peut être vécue de bien des manières et en tout lieu.
- La chapelle des Oblats restera ouverte de 7h à 21h.
- Nous vous invitons à vous joindre à la neuvaine de Lourdes du 17 au 25 mars par la récitation du chapelet.
- N’hésitez pas à nous laisser vos intentions de prières dans la boite aux lettres du 60 ou par email : centre.mazenod@gmail.com
« Les yeux fixés sur Jésus-Christ, entrons dans le combat de Dieu ».
Que ce carême soit vécu comme un temps de prière, de conversion, de partage fraternel et d’une plus grande attention à autrui.

Le 10 mai, nous espérons pouvoir célébrer une messe d’Action de grâce à Notre-Dame-du-Laus, lors de notre pèlerinage.

Le respect de ces mesures de précaution sera le meilleur signe de notre responsabilité et de notre solidarité avec l’ensemble de nos concitoyens ainsi qu’un véritable témoignage de foi.

PS. Nous vous invitions à lire l’entretien de Mgr Centène à propos des mesures liées au coronavirus.
Cf. https://www.vannes.catholique.fr/questions-a-mgr-centene-a-propos-des-mesures-liees-au-coronavirus/

La communauté des Missionnaires Oblats

Category: Nouvelles

194e ANNIVERSAIRE DE L’APPROBATION PONTIFICALE DES CONSTITUTIONS ET REGLES

Photo 0

Le 18 février 1826, Eugène de Mazenod écrit une lettre au p. Tempier lui annonçant la bonne nouvelle, « Mon cher ami, mes chers frères, le 17 février 1826, le Souverain Pontife Léon XII a confirmé la décision de la congrégation des cardinaux, et spécifiquement approuvé l’Institut, les Règles et les Constitutions des Missionnaires Oblats de la très sainte et Immaculée Vierge Marie.. »

Photo 1

Le lundi 17 février 2020, 194 ans plus tard, la salle Suzanne ( au 56 Cours Mirabeau) était presque trop petite pour accueillir les fidèles de l’église de la Mission, les membres de la Famille Mazenodienne et les amis des Missionnaires Oblats. Tous étaient venus fêter avec la Communauté le 194ème anniversaire de la reconnaissance par le Pape de la Congrégation et de ses Constitutions et Règles.

Un bref rappel historique, la lecture d’un extrait de la lettre de saint Paul aux Colossiens, un temps de silence, une prière pour méditer avec Saint Eugène, quelques chants et la lecture d’extraits de la lettre du P.Louis Lougen, Supérieur Général, ont permis à l’assistance de partager un intense moment de prière en communion avec les Missionnaires Oblats du monde entier.

« Le projet missionnaire d’Eugène et de ses compagnons est écrit dans nos cœurs. … nous voyons sa pertinence prophétique pour aujourd’hui encore…L’Eglise, en notre temps et au temps du Fondateur, a été dévastée de diverses manières et dans divers endroits, à travers le monde…Cette réalité nous crie l’urgence et touche nos cœurs comme elle l’a fait chez Eugène » Lettre du P.Louis Lougen, Supérieur Général, 17 février 2020.

Photo2

Le frère Benoît a ensuite rappelé brièvement, à l’aide de photos, quelles furent les étapes principales ainsi que les moments marquants de la vie d’Eugène de Mazenod. Il a mis en lumière le côté humain du Fondateur, passionné de l’homme et passionné de Jésus-Christ.

« L’homme est la créature de Dieu et vous, vous êtes les enfants de Dieu, les frères de Jésus-Christ. Connaissez votre dignité, vous les associés à la nature divine… » Eugène de Mazenod. Sermon de la Madeleine. 1813.

Cette passion pour l’homme et pour Dieu, Eugène de Mazenod l’a manifestée tout au long de sa vie auprès des plus pauvres, des abandonnés de son temps…C’est cette même passion que les Oblats expriment dans leur règle de vie : « A travers le regard du Sauveur crucifié, nous voyons le monde racheté de son sang, dans le désir que les hommes, en qui se poursuit la passion, connaissent eux aussi la puissance de sa résurrection » (CC4)

C’est alors que frère Benoît a partagé quelques- uns des moments forts de son tout récent séjour aux Philippines et en Indonésie, le plus grand pays musulman du monde où toutes les religions se côtoient.

Photo 3

Benoît a été impressionné par la présence des laïcs qui travaillent efficacement avec les Oblats, par la vitalité des communautés de base, par l’implication des Oblats dans les paroisses, les écoles, par la vie compliquée des Oblats Frères rencontrés aux Philippines, par la participation des jeunes, par la joie manifestée par des responsables de la Famille Mazenodienne lors d’une rencontre, par la prière, la vie missionnaire qui animent toutes les communautés.
Un grand merci à Benoît pour ce témoignage plein de joie et d’espérance. Et c’est dans une fraternité toute mazenodienne que les participants ont partagé le repas qui a clôturé cette belle soirée.

Photo 4

Chantal Bernard Bret (Membre de la Famille Mezonodienne, Aix)

Category: Nouvelles

FRATERNITE MAZENODIENNE (2019-2020) – WEEK-END D’INTEGRATION

Photo 0

Jean-Paul II déclarait « Je veux m’adresser aux jeunes, vous êtes l’avenir du monde, l’espérance de l’Eglise, vous êtes mon espérance ». Portés par ces paroles, nous sommes douze jeunes à avoir fait le choix de rejoindre la Fraternité Mazénodienne. Bien plus qu’un simple moyen de se loger, nous avons tous la volonté de se découvrir, d’apprendre de chacun et vivre une année enrichissante, aussi bien sur le plan professionnel que spirituel.

Photo 1

Dès lors, le Samedi 7 Septembre, commence le week-end d’intégration. Formidable moment de rencontre, ce week-end nous a permis d’être serein quant à l’année à venir. Frère Benoît et Père Bonga nous ont concocté un programme alliant spiritualité, découverte de l’autre – / de soi – et temps de convivialité.
Dans cette perspective, la matinée est dédiée, successivement, à un temps de méditation personnel, l’eucharistie puis le repas.

Les repas sont un temps fort de la rencontre. Nous apprenons les origines des uns et des autres, les études entreprises, les aspirations de chacun. En somme, nous nous échangeons des informations nécessaires à la découverte de l’autre.
Cette connaissance, d’abord superficielle, laisse place, à 15h, à une interaction profonde et sincère. L’atelier, intitulé « Qui suis-je ? », est porteur de sens. Bien sûr, lorsqu’on se présente, il est facile de se schématiser « J’ai x ans, j’étudie le droit / les lettres / l’art, je suis passionné par le cinéma, je préfère les chiens aux chats ». Cependant, cela n’est pas ce que nous sommes, du moins, cela ne représente pas notre tréfond. Dans cette optique, cet atelier a marqué le début de quelque chose de beau, de grand, qui nous a tous dépassé et submergé à des degrés divers. Nous devions apporter un objet qui nous symbolise. De cette manière, chacun a révélé, avec pudeur et modestie, ce qui faisait de lui, lui, c’est-à-dire, un être unique, complexe. Les confidences de chacun ont été accueilli avec respect et bienveillance.

Photo 2

Puis, afin de mieux comprendre l’histoire des lieux qui nous abritent, Frère Benoit et Père Bonga nous ont fait découvrir les locaux. Au fur et à mesure des pièces traversées, nous prenions conscience du vaste héritage de la congrégation des Oblats : nous foulions une histoire vieille de près de 203 ans. La visite s’est achevée là où elle a commencée, autour de la fontaine dans le cloître. Quelques photos ont été prises à l’occasion par Frère Benoît pour immortaliser le week-end.

Vint le temps du diner. Autour d’un bon repas (hamburger-frites !), nous faisons plus ample connaissance. Des membres de la congrégation des Oblats, venant d’origine aussi diversifiée que l’Espagne ou les Etats-Unis, nous honorent aussi de leur présence. A la cuisine, lorsqu’il faut nettoyer, sécher et ranger ustensiles et couverts, une ambiance joviale s’installe : dans la simplicité et la convivialité du moment, je pense que nous partagions déjà un sentiment commun de gratitude d’être là.

La journée s’achève sur un temps de prière dans la chapelle. Chacun s’exprime sur la journée passée, un sentiment d’ensemble émerge : la confiance en l’avenir, la foi en ce groupe, déjà uni après seulement une journée passée.

Requinqués par une bonne nuit de sommeil, les membres de la FRAT Mazénodienne se réunissent le matin pour un temps de prière, préparé par les « anciens », c’est-à-dire ceux pour qui cette expérience de vie n’est pas tout-à-fait nouvelle, puisque c’est leur deuxième année parmi les Oblats.

S’ensuit un temps personnel de réflexion, inscrivant sur feuille notre projet pour l’année, ce que chacun, au plus profond de soi, a envie de faire de cette année particulière. Cette lettre n’engage que soi, elle sera proposée à la relecture en fin d’année pour faire son propre bilan, de ses attentes et engagements à ce qui a été concrètement vécu. Les 12 enveloppes seront confiées au seigneur lors de la célébration eucharistique dominicale.

Nous avons sollicité de la bienveillance des paroissiens pour qu’il porte l’année de la FRAT dans leur prière. Nous nous voyons remettre le livre du Pape François (Il Vit, Le Christ), véritable lettre aux Jeunes et à tout le peuple de Dieu.

La fraternité c’est aussi la convivialité : nous nous rejoignons pour l’apéro dans le cloître avant de prendre ensemble le repas. C‘est également l’occasion pour certains de pratiquer leur anglais et/ou espagnol en discutant avec les Oblats venus du monde entier pour leur session à Aix, lieu de ressourcement, au plus près de leur fondateur.

Photo 3

L’après-midi, dédié aux règles à établir pour un meilleur vivre ensemble, permet de mieux aborder et de mieux se représenter ce qu’on va vivre cette année : répartition en équipes de tâches (SPI, Repas, Laudato Si…), évocation des temps forts à venir dont notamment un week-end avec la maison Chavril à Lyon, fixation de soirées nous rassemblant à intervalle régulier.

Ce week-end se conclut par un barbecue, durant lequel le père Asodo nous fait la belle surprise de nous offrir à chacun une chemise typique de son pays, l’Indonésie. Un élément supplémentaire forgeant un peu plus nos existences communes.

Ainsi, les membres de la Fraternité ont vécu ce week-end comme « un moment de découverte et de rencontre », « d’échange et de confiance », « enrichissant », « fort », « pleins de sourires » où « écoute », « partage » et « confiance » étaient les maîtres-mots.

Mathieu, Charlie, Clovis.

Category: Nouvelles

Nouvelles de la communauté d’Aix-en-Provence

Photo 0

Été 2019

Les mois d’été, comme chaque année, ont été bien occupés, avec l’accueil de sessions, de différents groupes et des personnes individuelles. Ils ont été bien chauds aussi, mais nous n’étions pas les seuls dans cette canicule !

En juin, c’était la fin de l’Expérience de Mazenod en anglais. Bonga, Asodo et Angelo en ont été les animateurs.

En mai, nous avions appris la nomination de notre nouveau responsable puisque Krzysztof Zielenda terminait ses deux mandats de trois ans. C’est le P. Asodo qui le remplace. Nous avons profité de la présence du Père Général, venu pour rencontrer les participants de l’Expérience de Mazenod, pour installer, le 20 juin, le nouveau supérieur.
Krzysztof nous a quitté début juillet pour prendre un bon temps de repos dans son pays natal avant de rejoindre d’autres cieux.
Pour le moment, la communauté ne compte plus que 5 membres. Mais nous espérons bien avoir du renfort dans les mois à venir.

Session d’été pour les scolastiques

Session d’été pour les scolastiques

Juillet a été pris par la session des scolastiques d’Europe et, début août, deux groupes de jeunes d’Italie et d’Espagne sont venus découvrir les lieux de naissance d’Eugène de Mazenod et de la congrégation. Ils ont organisé aussi une belle veillée de prière à l’église de la Mission.

Durant ces trois mois, plusieurs groupes ou personnes individuelles ont séjourné chez nous : un groupe de laïcs polonais, des familles ou des amis d’oblats. Heureusement que nous avons un trésorier qui, comme on le dit, n’a pas les deux pieds dans le même sabot !

Plusieurs d’entre nous ont été pris aussi par des activités à l’extérieur : Bonga est allé donner une retraite en Tchéquie, Jo à Strasbourg pour les oblats de France et en Suisse pour des religieuses.

Groupes de jeunes d’Italie et d’Espagne

Groupes de jeunes d’Italie et d’Espagne

Mario est arrivé chez nous avec un gros problème de dents. Nous l’avons encouragé à se faire soigner et, avec l’aide de nos frères polonais, il a trouvé en Pologne un bon dentiste (et bien moins cher) qui est en train de lui permettre, à nouveau, de « mordre la vie à pleine dent ! ». Il a déjà fait plusieurs séjours en Pologne et nous espérons, avec lui, qu’il pourra bientôt manger autre chose que des yahourts, viande hachée, etc.

Deux d’entre nous ont vécu des évènements plus douloureux : fin juin, Jo a perdu sa sœur aînée, suite à un cancer, et, fin août, Benoît apprenait la mort d’un de ses oncles qui a vécu très proche de sa famille.

Il faut aussi souligner plusieurs travaux de réfection ou d’entretien qui sont inévitables dans une maison vieille de plusieurs siècles : réfection d’un vitrail de l’église qui tombait en morceaux, chambres à rénover, etc.

Comme chaque année, nous accueillons des étudiants et étudiantes (12) et, début septembre, ils ont un weekend d’intégration avec Benoît et Bonga.

La semaine dernière on a commencé une autre Expérience de Mazenod, en espagnol cette fois-ci, avec 11 participants et 3 animateurs venant d’Amérique du Sud : Pérou, Guatemala, Venezuela, Brésil, Paraguay et Uruguay. Elle prendra fin le 8 novembre.

équipe des coopérateurs

équipe des coopérateurs

La communauté ne manque pas de projets pour cette année et les années à venir. Une petite équipe d’une quinzaine de personnes que nous appelons « coopérateurs » et qui participent, de différentes manières, aux activités de notre communauté, nous aident à les imaginer et à les mettre en œuvre.

Nous vous souhaitons un bon 4ème trimestre de cette année 2019.

Jo Bois OMI

Category: Nouvelles

Expérience de Mazenod en espagnol

Salvador Gonzales

Photo_2_1024x

Avec beaucoup de joie et d’anticipation, la Communauté internationale oblate d’Aix-en-Provence se prépare à accueillir à l’Expérience De Mazenod qui débutera le 10 septembre onze participants, originaires de dix pays hispanophones ; c’est un moment très spécial de formation et de pèlerinage, de rencontre et de partage, approfondissant notre expérience du charisme oblat dans le lieu où tout a commencé ! Salvador Gonzáles (États-Unis), Edward Terreros (Pérou) et James Dukowski (Canada) collaboreront avec la communauté d’Aix pour l’animation de l’Expérience.

Photo_2_1024x

Le principal animateur de cette Expérience est Salvador González, un oblat Mexicain de Californie aux États-Unis. Salvador a rencontré les Oblats alors qu’il était jeune dans sa paroisse située dans l’un des endroits les plus pauvres de la ville d’Oakland, où il a grandi. Parlant de son cheminement avec les oblats, il nous dit : « Je garde de nombreux souvenirs de ma jeunesse parmi les Oblats qui travaillaient avec les pauvres et nous invitaient à servir les pauvres de nos communautés. Mes années de formation m’ont amené à franchir de nombreuses frontières, des États-Unis, Mexique et en Italie. ”

En tant qu’oblat, son principal ministère est de prêcher des retraites dans plusieurs maisons de retraite oblates de sa province d’origine ; en même temps il assure le ministère des prisons. Salvador a exercé son ministère dans de nombreuses communautés hispaniques qui n’avaient pas de prêtres hispanophones.

Photo_2_1024x

Il partage avec nous que son souhait, pour cette Expérience De Mazenod en espagnole, « est de pouvoir créer un espace de ressourcement spirituel, de repos et de prière pour et avec mes frères Oblats. Beaucoup d’entre eux viennent de missions difficiles et de ministères qui finissent par fatiguer n’importe qui. Quel endroit plus approprié pour se ressourcer et se reposer que dans la maison de nos premiers Pères. Mon souhait est que cette expérience permette à tous les participants de se sentir aimés et envoyés par notre saint Fondateur, Eugène de Mazenod. »

Nous confions cette Expérience, ses animateurs et ses participants, à l’intercession de notre Mère la Vierge Marie et de notre Fondateur Saint Eugène de Mazenod !

Bonga Thami OMI

Installation d’un nouveau supérieur

Photo 1JPG

Le Père Louis LOUGEN, Supérieur général des Missionnaires Oblats de Marie Immaculée, a présidé le 20 juin 2019 l’installation du Père ASODO, nouveau supérieur de la communauté d’Aix-en-Provence.

Photo 2JPG

Le Père ASODO est né le 14 juillet 1974 à Semarang en Indonésie. Il a été ordonné prêtre le 7 décembre 2003. Pendant les premières années de son ministère il a travaillé dans deux paroisses différentes de Jakarta. Il a été ensuite formateur dans le scolasticat oblat à Yogyakarta, avant d’en devenir le supérieur. Il fait partie de la communauté d’Aix-en-Provence depuis 2013.

Photo 3JPG

Actuellement, la communauté d’Aix est composée de cinq Oblats : Joseph BOIS (France), Mario BRANDI (Italie), Benoît DOSQUET (Belgique), BONGA MAJOLA (Afrique du Sud) et le Père ASODO, nouveau supérieur.

Krzysztof ZIELENDA, OMI

Category: Communauté, Nouvelles

Une semaine à Aix

Photo 1

C’était une semaine pleine de grâces. Nous avons découvert notre patron, les lieux où il a vécu et sa spiritualité. Nous avons aussi découvert la beauté de la Provence – dit Wiola, membre d’une association polonaise dont le patron est le Fondateur des Missionnaires Oblats.

Photo 2

L’Association Saint Eugène de Mazenod a été créée à Gorzόw Wielkopolski, dans la paroisse Saint Joseph, desservie par les Oblats depuis 1945. Cette association a pour objet d’entreprendre des initiatives en faveur des pauvres parmi les enfants, les jeunes ou les personnes âgées. Ceci en se laissant inspirer par la vie et l’œuvre de saint Eugène de Mazenod.

Photo 3

Dans le programme du pèlerinage à Aix-en-Provence, il y avait une retraite spirituelle, un pèlerinage au tombeau de saint Eugène dans la cathédrale de Marseille et la découverte de la Provence : crêtes de Cassis, La Ciotat, Roussillon, Notre Dame de Lumière dans le Luberon, etc.

Le groupe composé de 18 membres de l’Association était accompagné par le Père Piotr DARASZ, curé de la paroisse.

Krzysztof ZIELENDA, OMI

Category: Mission, Nouvelles

Fête de saint Eugène de Mazenod

Photo 1JPG

Devenu évêque de Marseille en 1837, saint Eugène de Mazenod a beaucoup travaillé au développement de son Église. En même temps, il répondait aux appels d’évêques de pays lointains en envoyant ses missionnaires Oblats au Canada, au Sri Lanka et en Afrique du Sud. La fête de ce pasteur passionné de Jésus Christ et serviteur inconditionnel de l’Église est célébrée le 21 mai.

Photo 2JPG

Cette année, la communauté des Oblats d’Aix-en-Provence a célébré cette fête avec les Oblats venus pour la session Expérience de Mazenod et de nombreux membres de la Famille mazenodienne. La fête a commencé dans l’église de la Mission par une messe au cours de laquelle l’homélie a été prononcée par le Père Bernard DULLIER, auteur du livre Prier 15 jours avec Eugène de Mazenod et de beaucoup d’autres publications.

Photo 3JPG

Cette fête ouvre traditionnellement une neuvaine de prière pour les vocations oblates. Ce temps de prière s’achève le jour de la fête du Bienheureux Joseph Gérard, Apôtre du Lesotho. Dans le cadre de cette neuvaine, le chapelet médité est récité tous les soirs à 19h.

Krzysztof ZIELENDA, OMI