De Palerme à Aix sur les pas de saint Eugène de Mazenod

Du 10 au 17 août, un groupe de laïcs de Palerme qui partagent le charisme oblat est venu visiter les lieux de saint Eugène à Aix et Marseille. Le groupe était formé par huit personnes, dont un Oblat et une COMI (une laïque consacrée appartenant à l’Institut séculier des Coopératrices Oblates Missionnaires de l’Immaculée), tous deux originaires de Palerme.

Dans la chambre du Fondateur

Dans la chambre du Fondateur

Tous venaient d’un chemin de foi et de formation chrétienne et missionnaire dans la communauté OMI de Palerme qu’ils ont connue dans les années 1985-1995 et ils ont dit : « Pour nous, cette expérience c’est comme aller rendre visite à notre famille, pour mieux connaître nos racines ».

Dans le cloître des Oblats

Dans le cloître des Oblats

Le groupe se préparait depuis longtemps pour cette visite et, au mois d’avril dernier, il a fait un pèlerinage sur les pas d’Eugène à Palerme, grâce à une étude des lieux de la ville liés aux années d’exil de saint Eugène réalisée par l’un d’eux, Enzo David, et d’autres personnes. Plus de deux siècles plus tard, ils ont refait le même parcours qu’Eugène, de Palerme à Aix, avec les mêmes sentiments d’espoir, de questions sur l’avenir, d’interrogations sur la foi. Durant cette semaine, ils ont vécu en intimité avec le Fondateur, se sont retrouvés dans son expérience, et ils se sont sentis confirmés dans leur appartenance à la famille Oblate. Aidés par les conférences des pères Krzysztof et Bonga, ils ont pu entrer en profondeur dans leur cœur et s’ouvrir à la grâce de ces lieux, en partageant ces jours avec la communauté des Oblats d’Aix. La fraternité s’est exprimée aussi par la préparation d’un repas sicilien, en mémoire du séjour d’Eugène sur cette terre. Ils sont partis pleins de joie et de gratitude pour cette expérience et heureux de vivre ce lien spirituel entre Aix et Palerme, la ville qui a accueilli saint Eugène à sa naissance et celle qui l’a accueilli dans son exil, où il a trouvé une famille et des amis – il y a deux siècles, mais aussi aujourd’hui. Cette « réunion de famille » a rempli de joie nos cœurs à tous et certainement aussi celui de saint Eugène.

Ileana CHINNICI, COMI