FRATERNITE MAZENODIENNE (2019-2020) – WEEK-END D’INTEGRATION

Jean-Paul II déclarait « Je veux m’adresser aux jeunes, vous êtes l’avenir du monde, l’espérance de l’Eglise, vous êtes mon espérance ». Portés par ces paroles, nous sommes douze jeunes à avoir fait le choix de rejoindre la Fraternité Mazénodienne. Bien plus qu’un simple moyen de se loger, nous avons tous la volonté de se découvrir, d’apprendre de chacun et vivre une année enrichissante, aussi bien sur le plan professionnel que spirituel.

Photo 1

Dès lors, le Samedi 7 Septembre, commence le week-end d’intégration. Formidable moment de rencontre, ce week-end nous a permis d’être serein quant à l’année à venir. Frère Benoît et Père Bonga nous ont concocté un programme alliant spiritualité, découverte de l’autre – / de soi – et temps de convivialité.
Dans cette perspective, la matinée est dédiée, successivement, à un temps de méditation personnel, l’eucharistie puis le repas.

Les repas sont un temps fort de la rencontre. Nous apprenons les origines des uns et des autres, les études entreprises, les aspirations de chacun. En somme, nous nous échangeons des informations nécessaires à la découverte de l’autre.
Cette connaissance, d’abord superficielle, laisse place, à 15h, à une interaction profonde et sincère. L’atelier, intitulé « Qui suis-je ? », est porteur de sens. Bien sûr, lorsqu’on se présente, il est facile de se schématiser « J’ai x ans, j’étudie le droit / les lettres / l’art, je suis passionné par le cinéma, je préfère les chiens aux chats ». Cependant, cela n’est pas ce que nous sommes, du moins, cela ne représente pas notre tréfond. Dans cette optique, cet atelier a marqué le début de quelque chose de beau, de grand, qui nous a tous dépassé et submergé à des degrés divers. Nous devions apporter un objet qui nous symbolise. De cette manière, chacun a révélé, avec pudeur et modestie, ce qui faisait de lui, lui, c’est-à-dire, un être unique, complexe. Les confidences de chacun ont été accueilli avec respect et bienveillance.

Photo 2

Puis, afin de mieux comprendre l’histoire des lieux qui nous abritent, Frère Benoit et Père Bonga nous ont fait découvrir les locaux. Au fur et à mesure des pièces traversées, nous prenions conscience du vaste héritage de la congrégation des Oblats : nous foulions une histoire vieille de près de 203 ans. La visite s’est achevée là où elle a commencée, autour de la fontaine dans le cloître. Quelques photos ont été prises à l’occasion par Frère Benoît pour immortaliser le week-end.

Vint le temps du diner. Autour d’un bon repas (hamburger-frites !), nous faisons plus ample connaissance. Des membres de la congrégation des Oblats, venant d’origine aussi diversifiée que l’Espagne ou les Etats-Unis, nous honorent aussi de leur présence. A la cuisine, lorsqu’il faut nettoyer, sécher et ranger ustensiles et couverts, une ambiance joviale s’installe : dans la simplicité et la convivialité du moment, je pense que nous partagions déjà un sentiment commun de gratitude d’être là.

La journée s’achève sur un temps de prière dans la chapelle. Chacun s’exprime sur la journée passée, un sentiment d’ensemble émerge : la confiance en l’avenir, la foi en ce groupe, déjà uni après seulement une journée passée.

Requinqués par une bonne nuit de sommeil, les membres de la FRAT Mazénodienne se réunissent le matin pour un temps de prière, préparé par les « anciens », c’est-à-dire ceux pour qui cette expérience de vie n’est pas tout-à-fait nouvelle, puisque c’est leur deuxième année parmi les Oblats.

S’ensuit un temps personnel de réflexion, inscrivant sur feuille notre projet pour l’année, ce que chacun, au plus profond de soi, a envie de faire de cette année particulière. Cette lettre n’engage que soi, elle sera proposée à la relecture en fin d’année pour faire son propre bilan, de ses attentes et engagements à ce qui a été concrètement vécu. Les 12 enveloppes seront confiées au seigneur lors de la célébration eucharistique dominicale.

Nous avons sollicité de la bienveillance des paroissiens pour qu’il porte l’année de la FRAT dans leur prière. Nous nous voyons remettre le livre du Pape François (Il Vit, Le Christ), véritable lettre aux Jeunes et à tout le peuple de Dieu.

La fraternité c’est aussi la convivialité : nous nous rejoignons pour l’apéro dans le cloître avant de prendre ensemble le repas. C‘est également l’occasion pour certains de pratiquer leur anglais et/ou espagnol en discutant avec les Oblats venus du monde entier pour leur session à Aix, lieu de ressourcement, au plus près de leur fondateur.

Photo 3

L’après-midi, dédié aux règles à établir pour un meilleur vivre ensemble, permet de mieux aborder et de mieux se représenter ce qu’on va vivre cette année : répartition en équipes de tâches (SPI, Repas, Laudato Si…), évocation des temps forts à venir dont notamment un week-end avec la maison Chavril à Lyon, fixation de soirées nous rassemblant à intervalle régulier.

Ce week-end se conclut par un barbecue, durant lequel le père Asodo nous fait la belle surprise de nous offrir à chacun une chemise typique de son pays, l’Indonésie. Un élément supplémentaire forgeant un peu plus nos existences communes.

Ainsi, les membres de la Fraternité ont vécu ce week-end comme « un moment de découverte et de rencontre », « d’échange et de confiance », « enrichissant », « fort », « pleins de sourires » où « écoute », « partage » et « confiance » étaient les maîtres-mots.

Mathieu, Charlie, Clovis.