La grâce d’être à Aix au cours de cette année spéciale

2016 aura vraiment été une année de grâce ! Être à Aix au cours de cette année spéciale a été si enrichissant, si encourageant ! Il est frappant de voir que l’esprit qui animait nos premiers pères, il y a 200 ans, souffle encore avec une grande force, et touche les cœurs dans le monde entier.

Photo 2

La graine plantée dans cette même maison où nous vivons encore, est devenue un arbre immense qui a étendu ses branches dans le monde entier, offrant de l’ombre à des personnes de différentes races, cultures et langues. Le charisme oblat est vivant et actif ! On ne peut qu’être reconnaissant de pouvoir être témoin de sa force et de son dynamisme !

Parmi les nombreuses visites reçues cette année, c’était une bénédiction d’accueillir un groupe de laïcs d’Indonésie (les 7 et 8 mai), accompagné par le père Ignasius PRIYANTORO. Il s’agissait du premier des cinq groupes organisés par les laïcs associés indonésiens pour célébrer les 200 ans de la Congrégation, qui visitait Aix cette année.

Leur visite a commencé par un pèlerinage à Marseille, dont le sommet a été la célébration solennelle de l’Eucharistie sur le tombeau du Fondateur. Ils sont ensuite montés jusqu’à Notre Dame de la Garde, pour rendre hommage à « Notre Bonne Mère », nom sous lequel elle est connue à Marseille. Ils ont terminé leur pèlerinage par une visite festive de notre maison à Aix-en-Provence, le berceau de la Congrégation. Ils ont dîné avec la communauté d’Aix et ont participé à l’Eucharistie dominicale en français.

Photo 3

Le père Joseph BOIS qui présidait l’Eucharistie a fait remarquer : « nous vivons véritablement une expérience de Pentecôte, nous nous sommes rassemblés de différents coins du monde, nos visiteurs ne comprennent pas bien le français, mais ils ont participé avec ferveur à l’Eucharistie, donnant ainsi le témoignage de notre unité, du désir d’être un comme Jésus le veut ».

Être à Aix, pouvoir être témoin de tout cela est, en effet, une grâce qui nous invite à la reconnaissance !

BONGA MAJOLA, OMI