La mission oblate avec les jeunes

Le 3 avril 2016, une journée de retraite au Foyer de Charité de Sufferchoix, prêchée par les pères Krzysztof ZIELENDA, ASODO et Bonga MAJOLA, a permis de couronner la mission confiée aux jeunes qui était celle de porter la communion aux personnes âgées et malades pendant la Semaine Sainte. Articulée autour de trois temps forts, cette journée de partage a initié des émotions et des réflexions fécondes.

Photo 2

Dès l’arrivée des retraitants, une messe animée par les chants unissait les prières des membres du Foyer à celles des jeunes du groupe. Loin de résumer son homélie à la Miséricorde que l’Église célébrait tout particulièrement ce dimanche, le père Krzysztof a associé le charisme des missionnaires oblats, nourri par la vie édifiante d’Eugène de Mazenod.

Un déjeuner convivial a associé l’ensemble des participants, avec la bienveillante intervention de Marie-Antoinette, membre du Foyer de Sufferchoix depuis plusieurs décennies, qui a mis en lumière la figure et le charisme de Marthe Robin, mais aussi les inflexions religieuses et humaines des Foyers de Charité.

Photo 3

Après une promenade sous les vertes frondaisons des pinèdes où la méditation s’alliait à l’introspection, l’après-midi a été source de rencontres et de discussions nourries. Le partage du bilan individuel de la mission pour chacun d’entre nous, auprès de personnes âgées, isolées, mais aussi des malades traités à l’hôpital d’Aix, a soulevé les difficultés, les points positifs, l’importance mais aussi l’urgence d’un tel apostolat auprès de chrétiens aux profils multiples.

Vécue par l’ensemble du groupe de jeunes comme une grâce absolue, cette mission, évoquée à l’aune de ce partage émouvant, a été considérée comme fondamentale et enrichissante. Outre l’adhésion collective et l’enthousiasme manifesté pour prolonger les efforts initiés, il a été mentionné la volonté de rendre la présence des jeunes de la famille mazenodienne visible et durable dans la ville d’Aix.

La mission des jeunes menée pendant la Semaine Sainte a ainsi permis d’ouvrir des perspectives nouvelles. La retraite à Sufferchoix en constitue non seulement le point d’orgue, mais aussi et surtout le premier jalon d’une aventure spirituelle, humaine et fraternelle qui promet d’élever le cœur de plusieurs jeunes aixois, dans le sillage des premiers membres de la Congrégation de la Jeunesse chrétienne d’Aix qui voyait le jour il y a plus de deux siècles. L’année du bicentenaire n’aura pas été que celle d’une simple commémoration. Elle aura été pour les jeunes celle d’une renaissance spirituelle et la source d’un idéal missionnaire renouvelé.

Alexandre MAHUE