L’image de l’Invisible dans la Chapelle des Oblats

Le monde a besoin de beauté pour ne pas sombrer dans la désespérance – disait le pape Paul VI, dans un message adressé aux artistes. Chaque jour, près de cent personnes ont visité l’exposition d’icônes d’Aimée BRASSENS accueillie dans la Chapelle des Oblats à Aix-en-Provence du 23 au 30 mars dernier.

Photo 2

Aimée BRASSENS écrit des icônes depuis l’âge de 15 ans, alors qu’elle était interne chez les Bénédictines de Saint Maur. Plus tard, elle suit durant plusieurs années une formation plus approfondie sur la théologie et la technique de l’icône auprès du père Egon SENDLER, maître iconographe qui a réalisé de nombreux ouvrages de référence. En 2011, elle reçoit la Médaille de la Ville de Marseille. Je ne suis pas une artiste, dit Aimée BRASSENS, je sais juste écrire les icônes. Ce n’est pas moi qui l’ai choisi. C’est venu d’en haut. Je le fais depuis de nombreuses années, en écrivant au moins pendant quatre heures par jour.

Beaucoup de visiteurs ont été saisis d’émotion face à la beauté des icônes exposées. Le livre d’or de l’exposition en témoigne. Émouvantes icônes écrites avec amour… cela se sent. Puissent-elles aider les hommes à approfondir leur foi… et la mienne – écrit Jeanne Marie.

Krzysztof ZIELENDA, OMI