Une retraite donnée à Aix

Photo 1

Ce sont 14 personnes : 8 laïcs d’Aix et de Strasbourg et 6 oblats de Marseille et de Pontmain, qui ont participé à la retraite donnée par Joseph Bois, ayant pour thème : « Au nom de Dieu, soyons saints ! » (Eugène de Mazenod, 18 février 1826). En s’inspirant de la vie et des écrits de saint Eugène de Mazenod et en s’appuyant sur la Parole de Dieu, les participants ont essayé de voir à quelle sainteté ils sont appelés aujourd’hui.

Photo 2

Il y avait deux instructions, une le matin et une en début d’après-midi, toutes assez courtes, pour présenter quelques aspects de la vie de saint Eugène et les textes bibliques à méditer. D’autres enseignements étaient proposés à ceux qui le voulaient, sur la prière, le discernement. Il y a eu aussi deux méditations vécues tous ensemble, au début et à la fin de la retraite.

Photo 3

Toute la retraite, y compris les repas, s’est déroulée dans le silence et un silence qui a été bien respecté. Les participants ont apprécié le cadre, le silence, l’atmosphère de prière, et que tout se soit passé sans précipitation, en prenant le temps pour chaque chose.

Joseph BOIS, OMI

Category: Mission, Nouvelles

Les Mazenodiens à Mouriès

Photo 1

Le dimanche 2 avril aura été sans aucun doute pour les Mazenodiens un temps fort et un moment privilégié. Cette journée culturelle et cultuelle a été partagée à Mouriès et dans la Vallée des Baux où ils commémoraient, avec la paroisse, le bicentenaire de la Mission de mars 1817, prêchée par saint Eugène de Mazenod et ses premiers compagnons dans une Provence encore meurtrie par la Révolution.

Dans l’église à Mouriès

Dans l’église à Mouriès

Les jeunes Aixois, accompagnés par le frère Benoît DOSQUET, ont participé à un office concélébré par l’Abbé CICCULLO et le Père Krzysztof ZIELENDA. Le rôle des missions paroissiales et les touchants témoignages de foi qu’elles produisirent y furent évoqués, au cœur d’une assemblée à la fois fervente et émue.

Après un pique-nique à Montmajour où ils furent accueillis avec une extrême gentillesse par M. de SAMBUCY, la visite de l’Abbaye, mais aussi celle des châteaux d’Estoublon et des Baux constituèrent des découvertes aussi passionnantes que sympathiques.

Devant la croix de la mission prêchée en 1817

Devant la croix de la mission prêchée en 1817

La croix de mission érigée à l’entrée du village de Mouriès et qui porte le monogramme « M.P. » des Missionnaires de Provence si chers à saint Eugène aura ainsi vu renouveler deux siècles plus tard pratiquement jour pour jour, les vœux de jeunes Aixois imprégnés par le même amour de Dieu et du charisme oblat.

Alexandre MAHUE

Pèlerinage à Paris sur les pas de saint Eugène

Photo 1

Les 4 et 5 février 2017, plusieurs membres de la Famille mazenodienne sont partis en pèlerinage à Paris sous la houlette du Frère Benoît et du Père Asodo. Ils ont marché sur les pas d’Eugène de Mazenod et ils ont également participé à la Messe d’action de grâce pour la béatification des martyrs du Laos.

Devant la statue du cardinal Guibert (crypte de la basilique du Sacré-Cœur)

Devant la statue du cardinal Guibert (crypte de la basilique du Sacré-Cœur)

Les Aixois se sont tout d’abord rassemblés dans la Basilique de Montmartre édifiée sur le Mont des Martyrs selon le souhait du Cardinal Guibert, Oblat de Marie Immaculée. Les pèlerins se sont recueillis dans la crypte de la Basilique, consacrée au Sacré-Cœur, où repose le célèbre cardinal. Les membres de la Famille mazenodienne se sont ensuite rendus au cimetière de Montmartre pour prier sur la tombe du Père Tempier, le fidèle compagnon d’Eugène de Mazenod, et de nombreux Oblats.

En 1860, les Oblats avaient fait construire, dans le 8ème arrondissement, un couvent qui fut durant quelques années leur maison générale. L’église attenante fut alors dédiée à Notre-Dame de l’Immaculée Conception : aujourd’hui c’est l’église Saint-André de l’Europe qui est ornée de beaux vitraux sur lesquels sont représentés les Missionnaires Oblats et Eugène de Mazenod.

Les pèlerins ont aussi pu évoquer le souvenir du Fondateur en passant près de l’ancien séminaire Saint-Sulpice (où Eugène étudia pendant 3 années), en visitant l’église Saint Sulpice, en longeant le bâtiment du Sénat (Eugène de Mazenod était sénateur d’Empire), en s’arrêtant à la chapelle miraculeuse de la rue du Bac…

Devant la chapelle des MEP

Devant la chapelle des MEP

Après avoir parcouru ce quartier riche en souvenirs, les pèlerins se sont retrouvés dans les locaux des Missions Étrangères de Paris où un accueil tout asiatique leur a été réservé. Les M.E.P. sont une société de vie apostolique spécialement engagée dans l’évangélisation en Asie. Le P. Roland JACQUES, OMI, a passionné ensuite son auditoire par une conférence mettant en lumière des témoignages émouvants sur les martyrs du Laos. Dans ce petit pays d’Asie, entre 1954 et 1970, 17 chrétiens sont morts martyrs : un jeune prêtre laotien, 5 laïcs laotiens, 5 prêtres des Missions Étrangères de Paris et 6 Oblats de Marie Immaculée (5 Français et 1 Italien). Ils ont été béatifiés à Ventiane le 11 décembre 2016.

La messe d’action de grâce, présidée par le Cardinal Vingt-Trois et concélébrée par une trentaine d’évêques, a été célébrée à Notre-Dame de Paris. Parmi eux, Mgr Louis-Marie Ling, aujourd’hui président de la conférence épiscopale du Laos-Cambodge. En mars 1970, il faisait partie de l’équipe dans laquelle 2 catéchistes connurent le martyre mais le futur Mgr Ling eut, par miracle, la vie sauve.

Cette célébration fut, pour les participants, un grand moment de ferveur et de louange.

Soirée-partage du 17 février 2017

Soirée-partage du 17 février 2017

Le 17 février 2017, date anniversaire de l’approbation de la Congrégation des Oblats de Marie Immaculée et de ses Constitutions et Règles, la Communauté avait convié la Famille mazenodienne à une soirée-partage. Après un temps de prière à la chapelle, au cours duquel les Oblats présents ont prononcé le renouvellement de leurs vœux, après un exposé du Frère Benoît, illustré de documents-photos sur les martyrs du Laos et un compte-rendu du voyage à Paris, les participants ont partagé un repas convivial et fraternel.

Chantal BERNARD-BRET

Nouvelles de la communauté

Photo 1JPG

« Pas de nouvelles, bonnes nouvelles ! » C’est souvent ce que nous disons pour excuser notre silence et, parfois, notre paresse !

Les participants de l’Expérience de Mazenod en français

Les participants de l’Expérience de Mazenod en français

Nos dernières nouvelles datent de l’été 2016, un été bien chargé comme nous vous l’avions annoncé. Le dernier trimestre de l’année a été marqué principalement par les deux mois d’une session que nous appelons « Expérience de Mazenod », destinée à des Oblats francophones. Il y avait 16 participants. L’Afrique était bien représentée (Madagascar, Cameroun, Congo, Sénégal), mais aussi les Amériques (Guyane, Haïti, USA, Canada), sans oublier le Vietnam et l’Europe. Les deux semaines de retraite se sont déroulées à Notre-Dame du Laus, un lieu magnifique et important pour les Oblats, puisqu’il représente l’implantation de notre deuxième communauté, en 1818, et l’occasion de sortir de la Provence et de nous ouvrir au monde.

Le Père BONGA avec ses parents en visite à Aix

Le Père BONGA avec ses parents en visite à Aix

En septembre également, s’est déroulé à Rome notre Chapitre général et l’un de nous, le Père BONGA, y a participé, non comme capitulant, mais dans l’équipe d’animation liturgique. C’est lui aussi qui est parti à Lyon en janvier pour suivre une formation à l’animation spirituelle de 5 mois dans le centre jésuite du Chatelard. Pour le remplacer, nous avons accueilli un Oblat italien, Roberto VILLA, qui vient de passer 4 années à Lourdes et qui est avec nous jusqu’en juin, au retour de BONGA.

En février, le Père ASODO a appris la mort de sa maman qui n’allait pas bien depuis quelques semaines. Il a pu rejoindre sa famille et célébrer avec elle les funérailles. En janvier, il était en vacances et avait pu passer de longs moments avec sa maman.

Après Pâques, une autre « Expérience de Mazenod » commencera, celle-ci pour des Oblats anglophones. Le principal animateur en est le Père ASODO mais deux autres viendront le seconder.

Nous vous souhaitons une bonne route vers Pâques, avec un beau printemps plein de fleurs et de fruits savoureux pour le corps, l’âme et l’esprit.

Joseph BOIS, OMI

Category: Communauté, Nouvelles

Une heure d’amitié avec Jésus

Photo 1JPG

Tous les mercredis du Carême, les Mazenodiens se retrouvent chez les Oblats pour un partage en petits groupes autour de la Parole de Dieu. Pendant le Carême, ils portent aussi la communion aux personnes âgées ou malades.

Photo 2JPG

Les Mazenodiens veulent vivre la spiritualité des Oblats et participer à leur mission en suivant l’exemple de saint Eugène de Mazenod.

En 1807, lors de l’office du Vendredi saint, bouleversé par la croix du Christ, saint Eugène de Mazenod fait la découverte du Dieu Amour. A partir de ce moment, il sera toujours avec Dieu dans une intimité profonde de chaque instant. Le Dieu abstrait et lointain est devenu pour lui une personne, un père aimant et aimé. Il a reconnu que tout vient de lui, gratuitement et sans aucun mérite. Après cette rencontre, saint Eugène donne au Christ le nom d’ami, un ami toujours à ses côtés, un ami tendre mais aussi exigeant.

Krzysztof ZIELENDA, OMI

Visite des Oblats de la Délégation France-Benelux

rsz_1photo_1

C’est avec beaucoup de joie que la communauté d’Aix a accueilli un groupe d’Oblats polonais de la Délégation France-Benelux venus en pèlerinage aux sources de la Congrégation.

rsz_photo_2

Pendant la visite d’Aix, nos pèlerins ont suivi des conférences sur la vie de saint Eugène de Mazenod et ont visité les lieux où il a vécu à Aix et à Marseille. C’est la messe célébrée sur la tombe du saint Fondateur des Oblats qui a été le moment le plus touchant du pèlerinage.

rsz_photo_3

La Délégation de France-Benelux appartient juridiquement à la Province de Pologne. Elle a été créée après la seconde guerre mondiale pour desservir les nombreuses communautés chrétiennes de langue polonaise en France et en Belgique. Actuellement, la Délégation s’étend aussi au Luxembourg. Elle est composée d’une trentaine d’Oblats.

Krzysztof ZIELENDA, OMI

Category: Mission, Nouvelles

Conférence sur le cardinal Guibert

rsz_2photo_1

Dans le cadre des célébrations du bicentenaire de la fondation des Missionnaires Oblats, une conférence sur le cardinal Guibert, Oblat devenu archevêque de Paris, a été donnée par Monsieur Bernard MILLE, Président de l’Académie d’Aix-en-Provence.

Monsieur Bernard MILLE

Monsieur Bernard MILLE

Joseph Hippolyte Guibert, né à Aix en 1802 dans une très modeste famille de métayers, a été baptisé à l’église Saint Jean de Malte. Après une scolarité succincte, il entre au séminaire d’Aix puis s’engage avec saint Eugène de Mazenod et les Missionnaires de Provence. Ordonné prêtre en 1825, le père Guibert prêche des missions, devient supérieur à Notre Dame du Laus, va à Notre Dame de l’Osier (Isère), fonde le séminaire d’Ajaccio dont il sera le supérieur, restaure le couvent de Vico pour les Oblats.

6e conférence du bicentenaire de la fondation

6e conférence du bicentenaire de la fondation

Nommé évêque de Viviers (Ardèche) en 1841, monseigneur Guibert apaise les conflits dans l’Église locale, parcourt son diocèse et conserve des liens étroits avec la Congrégation des Missionnaires Oblats. En 1857, monseigneur Guibert devenu évêque de Tours participe activement à la restauration du célèbre sanctuaire de Saint Martin de Tours. En 1871, Hippolyte Guibert accepte d’être nommé archevêque de Paris. Cependant, il refuse plusieurs titres prestigieux, des invitations mondaines, il préfère aider les pauvres dans l’esprit de sa congrégation d’origine. C’est un évêque bâtisseur : il fait construire la basilique du Sacré-Cœur de Montmartre, où il fait venir des Oblats, il ouvre l’Institut Catholique, construit des églises… Il parcourt aussi les sanctuaires français : Lourdes, Lalouvesc, La Salette… Élevé au cardinalat en 1873, il continue à se montrer un homme d’Église exceptionnel, fin diplomate, plein d’énergie, de bonté, de prudence et de tact. Le cardinal Guibert meurt à Paris en 1886, ses funérailles furent célébrées au milieu d’une foule considérable et recueillie. Selon son désir, il fut enterré dans la crypte du Sacré-Cœur de Montmartre.

A un confrère oblat, le cardinal Guibert avait écrit : « Je veux être un évêque simple, pauvre, missionnaire, afin que mon genre de vie rappelle ce que j’ai été, ce que je n’ai pas cessé d’être, ce que je veux être au moment de ma mort ».

Chantal BERNARD-BRET

Category: 200 ans, Nouvelles

Une statue de saint Eugène de Mazenod à Grans

Photo 1

C’est avec beaucoup d’émotion qu’une partie des membres de la Famille Mazenodienne, accompagnés des Oblats de Marie de la communauté d’Aix-en-Provence, se sont rendus à Grans, ce 4 décembre, pour l’inauguration et la bénédiction dans l’église paroissiale d’une statue de leur fondateur, saint Eugène de Mazenod (1782-1861).

Photo 2

De cette figure du clergé provençal subsistent des centaines de croix de mission, plantées dans les villages de la région après que des groupes de missionnaires ont, sous sa direction, redonné la foi aux provençaux après la tourmente révolutionnaire. Cette histoire d’exception, relatée dans le sermon du Père oblat Bernard Dullier dans la collégiale Saint Laurent de Salon de Provence, a constitué une introduction privilégiée à la bénédiction d’une statue à la mémoire de cette figure du diocèse d’Aix et d’Arles, l’après-midi, dans le village de Grans.

Photo 3

La mission de Grans, prêchée en 1816, correspond à la première mission organisée par Eugène de Mazenod. Par ses sermons en provençal, des messes adaptées aux horaires des travaux des champs et de multiples aspects novateurs, le fondateur des Oblats avait réussi à favoriser, dans des temps de division sociale, un renouveau de l’Église de France. Grans en conserve le souvenir par une belle croix de mission située à l’intersection des boulevards Aristide Briand et Victor Jauffret, depuis laquelle une importante procession de fidèles s’est rendue vers l’église du village où les Oblats d’Aix et le curé de la paroisse, le Père Brice de Roux, procédaient au dévoilement de la statue. Autour de cette dernière, des paroissiens émus, des Oblats enthousiastes et des parents de saint Eugène rassemblés entonnèrent chants et prières, à l’instar du célèbre « Prouvencau e Catouli ». Des épis de blé, délicatement sculptés au pied de la soutane de saint Eugène, rappellent même l’étymologie de Grans et l’attachement du village à son terroir. C’est ainsi que l’église de Grans s’est enrichie d’une nouvelle œuvre d’art liée à son célèbre passé : une statue qui accueillera désormais les visiteurs dans l’un des villages de Provence où souffle toujours l’esprit de saint Eugène.

Alexandre MAHUE

Category: 200 ans, Nouvelles

Les Mazenodiens à Rome

Photo 1

Dans la vie des Mazenodiens, le mois de février a été marqué par le voyage à Rome où ils étaient reçus par les Oblats du Scolasticat international. La rencontre avec le Père Louis LOUGEN, Supérieur général, a été un moment important de ce voyage.

Photo 2

Parmi les objectifs que se sont fixés les Mazenodiens, il y a aussi celui de tisser des liens fraternels avec les différentes communautés oblates et les jeunes qui travaillent avec les Oblats en France et à l’étranger. La rencontre avec les Oblats du Scolasticat international et de la Maison générale est une nouvelle découverte. L’internationalité de ces deux communautés reflète bien la dimension universelle de la Congrégation.

Photo 3

Lors de la rencontre avec les Mazenodiens, le Supérieur général les a encouragés à redécouvrir l’appel à la sainteté. « Nous devons chaque jour vérifier si nous sommes encore sur le chemin de la sainteté », disait-il.

Photo 4

Le voyage à Rome c’est aussi la découverte des quatre basiliques majeures et beaucoup d’autres lieux sacrés ou tout simplement touristiques de la Ville éternelle.

Krzysztof ZIELENDA, OMI

Week-end des Mazenodiens à la maison de Chavril

Photo 1

C’est avec un enthousiasme débordant que les Mazenodiens d’Aix-en-Provence se sont rendus à Sainte Foy les Lyon le week-end du 18-20 novembre où les jeunes résidants de la Fraternité de la Maison de Chavril leur ont réservé un accueil aussi bienveillant que sympathique.

Photo 2

La découverte de la maison, des temps de prière dans la chapelle et des moments de fraternité ont émaillé ce séjour. Alors que certains proposaient une visite guidée de Lyon, d’autres alliaient à des talents culinaires certains un humour des plus communicatifs. Une visite de Sainte Irenée et de ses cryptes, de Saint Jean, de Saint Nizier et des principaux lieux immortalisés par le martyr des premiers chrétiens de Gaule ont offert aux jeunes aixois une plongée dans les grands sanctuaires lyonnais. Le désir de former à Chavril une fraternité de jeunes étudiants catholiques engagés est un vœu comparable à celui qui anime les Mazenodiens d’Aix. Un jumelage dont les perspectives et les projets s’annoncent fructueux a vu le jour, les Mazenodiens et les chavriliens s’étant promis de ne jamais rompre le pont qui a été jeté entre leurs deux maisons.

Alexandre MAHUE